« Si nous cessons d’aspirer à l’excellence, nous ne serons plus bons »

« Si nous cessons d’aspirer à l’excellence, nous ne serons plus bons »

Jean-Baptiste Aurel, membre de la société des Experts Bois et dirigeant de Woodenha Industries

Pour ce nouveau numéro, BOISmag poursuit sa série d’interviews spécial 20 ans avec un nouvel entretien consacré à l’ignifugation du bois. L’occasion de faire le point sur l’évolution des traitements, des modes d’applications et des réglementations, mais aussi d’évoquer l’avenir du secteur avec Jean-Baptiste Aurel, fondateur et dirigeant de Woodenha Industries. Rencontre.

Quand et pourquoi la société Woodenha Industries a-t-elle vu le jour ?

Woodenha a été créée en mai 2007 et a donc 15 ans maintenant. La volonté de départ trouve son origine dans le souhait de créer une structure industrielle spécialisée, non délocalisable, créatrice de valeur ajoutée primaire sur des marchés de niches techniques. Nous avons repris Protecflam (riche d’une expérience de près de 25 ans) il y a 6 ans déjà.

À quoi sert l’ignifugation des bois ?

Améliorer les performances au feu des matériaux est un acte essentiel de protection passive contre l’incendie. L’ignifugation protège donc les personnes et les biens qui l’entourent. Cela concerne le bois aussi bien dans la construction que dans les transports maritime et ferroviaire.

Quels sont les types de produits bois/d’ouvrages concernés par ce traitement ?

Les types de produits sont très variés. On peut citer tout d’abord parmi les produits de construction, les parements comme les lambris, les bardages, les habillages à claire-voie en mur ou plafond, mais également tous les types de panneaux acoustiques ou non, structurels ou non.

Comment se déroule un traitement par ignifugation : procédé, application, types de produits utilisés, coût, durabilité dans le temps… ?

Il y a deux grands types d’amélioration de performances qui peuvent éventuellement être combinés. On distingue ainsi les solutions dans la masse des matériaux des solutions de surface. On peut imprégner des éléments durant le processus de fabrication de panneaux dérivés du bois, imprégner en autoclave vide & pression des panneaux de bois massifs reconstitués comme les contre-plaqués ou les multi-plis massifs, mais aussi des bois massifs plus ou moins profilés. Tous les produits de construction peuvent recevoir aussi des aspersions de retardateurs de flamme ou bien des systèmes intumescents de finition translucides ou opaques. Les types de produits utilisés sont concentrés autour de molécules contenant du phosphore et de l’azote principalement.
Toutes les solutions de Woodenha & Protecflam passent par une évaluation de durabilité adaptée au contexte d’utilisation. Pour les produits de construction ignifugés, la NF EN 16 755 est la référence. Elle permet de donner une durabilité non limitée a priori pour les intérieurs secs ou humides et les extérieurs abrités ou exposés aux intempéries. Les évaluations sont différentes et complémentaires. Par soucis de performance durable nous doublons, ou plus, ces périodes d’exposition afin d’offrir les meilleurs résultats possibles.

À l’image des produits de protection ou de préservation du bois, existe-t-il des traitements plus écologiques, plus biosourcés que d’autres ? Des substances interdites ?

Les produits ignifuges ne sont pas des biocides. Ce sont des solutions qui rentrent naturellement dans le spectre réglementaire et bien connu de REACH « Registration, Evaluation and Authorisation of Chemicals », soit « enregistrement, évaluation et autorisation des substances chimiques ». Parmi les buts principaux nous retrouvons : protéger la santé humaine, sécuriser la manipulation par les salariés, être transparent et traçable. Les produits mis en oeuvre par aspersion ou en autoclave sont exempts de molécules organiques (COV ou formaldéhyde qu’ils piègent d’ailleurs), en phase aqueuse, présentent des profils d’émission A+ et les produits ignifugés qui en découlent satisfont aux règles d’évaluation les plus strictes comme celles du marché californien. En outre, la toxicité des fumées lors de sinistre est également évaluée et permet des utilisations dans les endroits les plus confinés : trains, bateaux civils ou militaires, etc. Une partie de nos produits est même évaluée pour le contact avec la peau des bébés ou pour l’utilisation dans…

LIRE LA SUITE