Une percée qui se confirme pour l’année 2021

Une percée qui se confirme pour l’année 2021

Les professionnels sont unanimes : en 2021, le bardage bois a confirmé sa percée, débutée en 2020. « Nous surfons sur le fait que le bois soit plébiscité par le grand public, avec une dimension écoresponsable forte, conforme à la RE2020. Le bois a tout pour être la star des matériaux biosourcés dans la construction !», remarque Claudie Maindron, directrice commerciale de Protac. Les bardages bois, qui pèsent environ un tiers du business de Protac, progressent de 11% en volume en 2021 par rapport aux autres branches d’activité. « La demande a été très forte en 2021 », souligne Manel Eon, responsable marketing et innovation du Groupe ISB (Silverwood).
Même euphorie chez Monnet Sève (bardages Douglas), qui a augmenté en volumes « entre 15 et 20% en deux ans », selon son DG, Thomas Seve.

Dans le cadre de la REP (Responsabilité élargie des producteurs), liée à la gestion de fin de vie des matériaux, Protac s’engage et accompagne cette nouvelle règlementation avec un avantage lié au bois, matériau plus facile à gérer et recyclable.
PROTAC---Clinexel-Quadri-40x40-Black-+-terrasse-DK0-Pin-Vert-(9)-

Pour Guillaume Tormos, DG de Sivalbp, « la demande a explosé de 15 % sur les deux dernières années. Nous anticipons une croissance de 3 à 10 % sur les trois prochaines années, à modérer selon les évolutions de la crise ukrainienne ». Le marché progresse de 13 % en volume en 2021 pour SCB, « dans un contexte global favorable : RE2020 et aides de l’État, souligne Stéphanie Bezault-Girard, responsable communication et marketing. Toute la partie ITE est au cœur des préoccupations. Actuellement, les particuliers s’intéressent davantage aux enjeux environnementaux et climatiques, et se tournent, pour leurs travaux de rénovation, vers des produits écoresponsables. Les acteurs en profitent. »
Dans ce contexte, la diversification de l’approvisionnement fait partie de la stratégie de Joakim Rahuel (Rahuel Bois), principalement actif dans le grand ouest de la France. Si l’essence de châtaignier reste majoritaire (80%) et incarne « notre image de marque », la PME développe des bardages en résineux locaux, tels que le douglas, le cyprès et le cèdre. « On voit beaucoup de bois malades. C’est une conséquence de la monoculture des essences. Aussi, nous voulons diversifier la gamme pour préparer l’avenir des forêts, qui sera une ère de la pluralité des essences. Préparons les 100 prochaines années ! » Rahuel Bois enregistre une croissance de 20% entre 2020 et 2021 sur les bardages, « avec aucun souci d’approvisionnement, du fait de nos 101 ans d’ancienneté et de l’utilisation d’essences locales ».

La situation sur les marchés du bois, depuis un mois, repartaient à la hausse pour les achats de bois bruts du deuxième trimestre. Or, la situation en Ukraine va inéluctablement impacter la filière bois et donc la hausse des prix des bois scandinaves
Claudie Maindron, directrice commerciale de Protac.

Orientations des ménages et guerre en Ukraine : les deux inconnues de 2022
Deux grands points d’interrogation pointent pour 2022. Tout d’abord, quelles orientations prendront les ménages ? « La hausse des prix de la construction va-t-elle reporter quelques projets ? Les budgets des ménages ne vont-ils pas s’orienter plus massivement vers les loisirs, par rapport à 2020 et 2021 ? », questionne Claudie Maindron.
Deceunink_bardage__12-2021-2Par ailleurs, quel sera l’impact de l’envahissement de l’Ukraine par la Russie ? « Les marchés du bois, depuis un mois, repartaient à la hausse pour les achats de bois bruts du 2e trimestre. Or, la situation en Ukraine va inéluctablement impacter la filière bois et donc la hausse des prix des bois scandinaves. Nos achats sont majoritairement effectués auprès des pays scandinaves  ; et nous sommes plutôt confiants sur les volumes garantis par nos partenaires finlandais et suédois. Cependant, et inévitablement, nous devons nous attendre à de nouvelles hausses de prix car, une fois de plus, les pays fournis par la Russie vont replier leurs achats sur la Scandinavie. »
Autre crainte, la pénurie de main-d’œuvre. « Il y a un manque d’accès à la formation et à la compétence », fustige Joakim Rahuel.

Tendance aux bardages sans traitement, régression des bardages peints
Les principaux produits sur le marché sont les bardages peints, avec saturateurs, naturels et autoclaves. Les principales essences sont l’épicéa, le douglas, le mélèze, le red cedar et le pin du nord, selon l’étude Mornas, présentée en octobre. « Entre 2016 et 2019, les ventes de bardages autoclaves se maintiennent à un niveau élevé et restent majoritaires : ces produits sont bien placés en termes de prix et adaptés aux travaux réalisés par les particuliers pendant le confinement. » Leurs ventes progressent de 30% entre 2019 et 2021, pour atteindre environ 3,6 millions de m2 de ventes estimés en 2021, loin devant les bardages naturels et avec saturateurs (environ 1,3 million de m2 ), et peints (environ 600 000 m2 ).

Autre tendance, la forte progression (+145% entre 2016 et 2019, + 36% entre 2019 et 2021) des ventes de bardages avec saturateurs, suivis par les bardages naturels (+ 13% entre 2019 et 2021).
En, revanche, les bardages peints sont en recul (– 7% sur la même période). En effet, le changement d’aspect du bois, dit ‘grisaillement’, « semble désormais mieux accepté, dès lors qu’il se fait de façon homogène, constate Jean-Marc Mornas. Les bardages prégrisés avec saturateurs reçoivent un bon accueil et sont demandés par les maîtres d’ouvrage et les architectes ». La place est donc croissante pour les bardages sans traitement, avec des essences naturellement durables. « Le bois se montre, alors qu’on avait tendance auparavant à le cacher », sourit Jean-Louis Camici, vice-président du Groupe ISB et président du Commerce du Bois.
« Les bardages avec saturateurs plaisent, avec des finitions mates, proches du matériau, qui laissent voir le veinage, sous un aspect assez naturel », précise Manel Eon. « Il y a une forte progression des produits avec finitions, des bardages saturés, avec une tendance aux bois gris et prégrisés, pour limiter l’entretien dans le temps », renchérit Thomas Perroux, responsable marketing du Groupe Lalliard. Les bardages de type autoclave représentent 50% du marché national, mais ne répondent pas aux attentes du marché sur des solutions écoresponsables.

Les bardages avec finitions ou modifiés thermiquement « sont la tendance future du marché, selon Guillaume Tormos. Le marché des saturateurs est un marché récent, qui s’est créé dans les années 2011-2012, et qui a connu une accélération depuis 2016 ».
Protac mise sur les gammes finies. « C’est là que notre expertise s’exprime le mieux, en matière de couleurs, de finitions, de technicité et d’applications », rappelle Claudie Maindron. Les gammes saturées sur les résineux (épicéas, douglas, mélèzes) connaissent une croissance en flèche de 39 % en 2021.

Les bardages peints, avec une couleur opaque masquant le support bois, « sont en constante régression, de manière lente, alors que c’était un marché important lors des 15  dernières années. Il est aujourd’hui supplanté par les produits à base de saturateurs », poursuit l’étude de Jean-Marc Mornas. En 2019, les bardages sans finition représentent plus de 70% des ventes. La part de bardages avec finition (30%) augmente, du fait de la progression des bardages avec saturateurs. Rappel de la répartition des bardages avec finition : peints (12%), saturateurs (17%), naturels (20%) et autoclaves (51%).

Les bardages composites, un marché de niche
Spécialiste des bardages PVC, alu et composites, Deceuninck enregistre une croissance moindre, d’environ 5%, sur ce segment spécifique. « On est sur un marché haut de gamme, de niche, approprié aux travaux de rénovation ou d’extensions de maisons à ossature bois », explique Jean-Michel Lucas, prescripteur national chez Deceuninck. « Les prix de bardages composites ont été stables, un avantage car les prix des essences ont augmenté », compare Stéphanie Bezault-Girard. Autre avantage, « c’est un matériau qui ne nécessite pas d’entretien ».
Carrefour international du boisWoodenha
LDCwoodDENDERWOOD

 


Lire la suite