Il est important pour la filière d’œuvrer conjointement afin de donner enfin la place que le bois mérite

Il est important pour la filière d’œuvrer conjointement afin de donner enfin la place que le bois mérite

Mme Claudie Maindron, directrice commerciale chez Protac
M. Claeys Romain, responsable marketing & développement produits
M. Grimault David, responsable communication

Il y a 20 ans, le bardage et la terrasse bois étaient encore des marchés confidentiels. Comment expliquer l’engouement pour le bois pour ces types d’ouvrages depuis plusieurs années ?

Le bois est un matériau utilisé dans la construction depuis de très nombreuses années en Europe et dans le monde, principalement dans les pays nordiques. Aussi bien au niveau structurel que décoratif. En France, nous avons plus la culture de la pierre et du béton, c’est donc une évolution culturelle due à une prise de conscience environnementale et une augmentation de la connaissance du matériau grâce aux différents acteurs de la filière. Aujourd’hui, en France, les matériaux naturels avec un faible impact environnemental et renouvelables sont demandés par l’ensemble du marché, aussi bien au niveau structurel que décoratif.

Quels étaient vos premiers bardages et vos premières terrasses bois (profil, essences, sections…)?

Il y a 10 ou 20 ans, vos clients étaient-ils réticents à mettre du bois en extérieur ? L’un de nos premiers bardages fut le profil St-Louis à rainure et languette avec angles saillants et fixations apparentes. Aujourd’hui, notre innovation constante nous a conduits à créer le profil Aztek, aspect claire voie, rainure et languette, rainé et bouveté en bout, avec angles arrondis permettant d’appliquer une finition peinture ou saturateur, et avec fixations masquées conformément à la réglementation en vigueur. Le bois a toujours été utilisé en extérieur : bardage, terrasse, ou rondin. Ce sont principalement les produits de traitement qui évoluent: hier nous étions en CCA, aujourd’hui nous nous orientons vers du traitement biosourcé.

Quel est l’état du marché à l’heure actuelle ? Le bois continue-t-il de gagner des parts de marché face aux matériaux concurrents ? Que pensez-vous de l’arrivée du bois composite ?

Le bois continue sa progression sur le marché de la construction. Il est plébiscité aussi bien par les promoteurs, les industriels, les architectes et le grand public. La situation sanitaire passée a entrainé un fort engouement pour ce matériau, principalement par le biais du DIY. Le bois profite d’une situation où le mix matériau est devenu la tendance, et où l’obligation d’utiliser un matériau biosourcé sera demain réglementaire. Le composite est un matériau hybride présent sur le marché depuis plusieurs années. Or, l’offre composite est de qualité très inégale. La terrasse composite a su développer son marché mais le choix du matériau reste un choix personnel en fonction du goût de chacun.

Quels sont les profils des produits les plus en vogue aujourd’hui ?

Aujourd’hui, ce sont les profils claire-voie (Quadri et Vénitien) qui sont les plus demandés. Et par extension les aspects claire-voie (Inca, Aztek, Nahua et Toltek) pour une mise en œuvre facilitée.

Comment avez-vous traversé la crise sanitaire et les hausses de prix et difficultés d’approvisionnements qui ont suivi ?

Grâce à la mobilisation de tous les employés, tant sur la partie production, supply et commerce, nous avons su faire preuve d’agilité et de réactivité en termes de recherche de fournisseurs additionnels de bois ; d’optimisation de l’utilisation de nos bois pour répondre au mieux à la demande exponentielle des commandes de nos clients ; de priorisation de certaines gammes de produits à volume face à la demande ; et de communication régulière auprès de nos clients afin de leur expliquer de manière transparente la situation actuelle du marché.

Quelles sont vos perspectives pour la fin de l’année 2021 et le début 2022 ? Pensez-vous que les cours du bois vont se stabiliser ?

Nos perspectives sont déjà prioritairement de pouvoir honorer rapidement toutes les commandes. De plus, nous devons recoller à notre promesse client en termes de délai et d’offre, sans oublier le développement de nouveaux produits pour 2022. En ce qui concerne le cours des bois, juste avant les vacances, nous avons été surpris par une dernière hausse très forte de la part de nos fournisseurs. Les négoces et les professionnels ayant anticipé lourdement leurs achats, et parfois reporté quelques chantiers, ont ralenti brutalement leurs commandes depuis la rentrée. Le marché se stabilise, laissant entrevoir quelques espérances de baisses pour la fin de l’année. Le marché mondial du bois ne nous permet pas d’affirmer ou confirmer une tendance sur le long terme, mais nous sommes confiants sur le fait que nos fournisseurs nous suivront pour 2022. Cependant, aujourd’hui, Protac, ses équipes et sa nouvelle ligne de rabotage 4 faces fraîchement installée sur notre site en Bretagne, sont dans les starting blocks pour accompagner le marché et poursuivre son élan.

Aujourd’hui, on parle encore souvent de la glissance des terrasses bois et du grisaillement du bardage. Avez-vous des pistes de réflexion pour remédier à ces phénomènes ?

Les deux sont des phénomènes naturels. Un entretien régulier, préconisé par le DTU 51.4 deux fois par an, permet une très forte réduction de la glissance des terrasses bois. Concernant le grisaillement par l’action conjointe des UV et des précipitations, nous avons anticipé ce phénomène avec des produits pré-grisés enbardage et clôture. De plus, la gamme de bardage Clinexel permet de conserver la couleur d’origine appliquée en usine garantie 10 ans.

Sur quoi porteront vos prochains investissements ?

Nous venons d’investir dans une nouvelle ligne de rabotage à la pointe de la technologie nous permettant d’augmenter notre capacité de production de 40000 m3 annuel (+30% de notre volume actuel) et dans une nouvelle ligne de traitement à dépression afin de répondre à la demande du marché pour du Douglas avec aubier traité classe 3 Rose.

La nouvelle réglementation incendie limite l’usage du bois en façade à partir d’une certaine hauteur. Pensez-vous que cette situation pourra évoluer favorablement pour le bois grâce à la mise au point de nouveaux produits ?

À l’aube de la RE 2020, la construction bois s’impose comme une solution d’avenir pour bâtir un cadre de vie plus durable. Cet essor, boosté par les innovations techniques et esthétiques de la filière, et encouragé par les pouvoirs publics, s’accompagne d’une réglementation incendie exigeante qui varie en fonction du type de bâtiment et de sa destination. En neuf comme en rénovation, les bâtiments intégrant du bois doivent ainsi répondre à des normes strictes qui visent notamment à prévenir le risque de propagation du feu. Elles concernent tout particulièrement les Établissements Recevant du Public (ERP) ainsi que les bâtiments collectifs. Le choix des matériaux et des modes constructifs relèvent de différentes classifications : la classification Euroclasse pour les éléments de bardage bois et les critères normatifs pour les systèmes constructifs. Protac a développé des solutions pour façades bois qui répondent aux exigences réglementaires, tout en s’inscrivant dans les tendances architecturales actuelles valorisant l’aspect naturel du matériau bois. Ainsi, la gamme RESISTofeu se compose de deux produits de vêture ignifugés et d’un système constructif pour satisfaire tous les types de projets, en neuf comme en rénovation.

Avez-vous un message à faire passer aux professionnels de la filière ?

Il est important pour la filière d’œuvrer conjointement pour le matériau afin de donner enfin la place que le bois mérite dans la construction en France.

Propos recueillis par Adèle Cazier