Selvea table sur la reprise rapide des chantiers

Selvea table sur la reprise rapide des chantiers

Sortie la tête haute d’une période difficile, et engagée dans plusieurs projets prometteurs, la société Selvea se prépare à reprendre sa marche en avant. Il lui faut retrouver au plus vite une activité quasi normale.

Construction d’unités hospitalières pour lutter contre la Covid 19

Autre perspective : en partenariat avec Renaud Alardin Architectes (R2A), Selvea a répondu à un appel à projets de l’agence de l’innovation du ministère de la Défense, en vue de lutter contre l’épidémie de Covid-19. « Nous avons eu l’idée de fabriquer des unités hospitalières déplaçables (512 m2 par unité) constituées de modules en bois très rapides à construire et autoportés, chacun sur sa propre remorque. De tels petits hôpitaux, ultramobiles, ne nécessitent que deux jours pour être montés et devenir.

Une activité fortement réduite depuis le 17 mars

À l’annonce du confinement, le 17 mars dernier, les maîtres d’ouvrage publics, qui constituent l’essentiel de la clientèle de Selvea, ont dû fermer les chantiers, par ordre de service. Sur un effectif d’une trentaine de personnes, la majorité est en chômage partiel, la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) ayant donné une réponse favorable. L’activité se limite actuellement au télétravail à temps partiel pour le bureau d’études et à l’atelier. Six personnes seuement y travaillent, un contrat de sous-traitance ayant été conclu avec une entreprise privée qui fabrique des Habitations légères de loisirs (HLL). Pour l’application des gestes barrière, une charte a été mise en place. Toutes les heures, les salariés arrêtent de travailler pour se laver les mains au savon. Les poignées de porte, les interrupteurs et les sani[1]taires sont nettoyés trois fois par jour, ce qui fait perdre 20 à 30 % sur le temps de travail.

Préparer la relance des chantiers

« Je fais actuellement mes prévisions de trésorerie et je ne compte pas toucher l’aide de l’État pour le chômage partiel avant juillet. Mais grâce à nos chantiers réalisés en janvier et février, nous avons de l’argent pour payer normalement nos charges et nos fournisseurs. Par contre, en mai, en juin, en juillet, cela va être très compliqué. La reprise du 11  mai est fondamentale pour nous », précise Sylvain Fourel. L’une des préoccupations majeures porte sur la préparation de la reprise des chantiers avec les clients et avec les coordinateurs en matière de sécurité et de protection de la santé (SPS). Le calendrier des interventions sur les chantiers doit être remis à plat en tenant compte du Guide de préconisations de sécurité sanitaire pour la construction – Covid  19, mis au point par l’Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP). « Il est par exemple exigé de désinfecter toutes les deux heures les murs, plafonds et planchers, mais sans précisions sur qui payera les personnes chargées de réa[1]liser cette désinfection », souligne Sylvain Fourel.

totalement opérationnels », souligne Sylvain Fourel.